Sélectionner une page

Phytothérapie = traitement des maladies (bénignes) par les plantes médicinales utilisées en l’état (tisanes) ou après transformation (poudres, extraits, teinture-mère…).

Plantes dont au moins une partie possède des propriétés médicamenteuses dont certaines peuvent avoir des usages alimentaires ou condimentaires (cannelle, thé, thym…).

Chaque plante salvatrice porte en elle ou sur elle, la « signature »de la maladie qu’elle guérit :

  • La tige de la prêle évoque en miniature notre colonne vertébrale ; elle est le remède des colonnes déminéralisées, déformées.
  • Le saule s’incline vers la rivière ; il sera le remède du rhumatisme qui courbe le corps et s’aggrave à l’humidité.
  • La chélidoine et l’hydrastis sécrètent un suc jaune ; ils traiteront la jaunisse.
  • La fleur d’Euphraise ressemble à une pupille oculaire ; elle traitera l’œil défaillant, on l’appelle d’ailleurs « casse lunettes ».

Pourquoi préférer une plante à un produit chimique ?

Le médicament chimique est purifié et composé d’une seule catégorie de molécules.

Prendre de l’aspirine, c’est prendre des molécules d’acides d’acide acétylsalicylique et rien d’autre.

Prendre de l’écorce de saule (contenant de l’aspirine), il y a une myriade de molécules différentes qui agissent de façon harmonique.Certaines vont dans un sens (antidouleur ou anti inflammatoire), d’autres vont agir pour adoucir cette action ou moduler voir protéger des effets secondaires éventuels.

Le produit chimique a donc une action trop incisive contrairement à la plante qui agit par son totum.

Au lieu d’une action unique et incisive, tranchante, on a avec la plante une action à la fois douce et profonde par la synergie de toutes ces substances différentes.

Comment utiliser les plantes ?

  • Tisanes
  • Poudres cryobroyées
  • Suspensions intégrales de la plantes fraîches (SIPF) : plantes fraîches nettoyées et congelées dans l’azote liquide. Broyages successives à basse température, particules fines mises en suspensions dans un mélange hydro-alcoolique. Remettre en suspensions avant usage.                Ex : artichaut, prêle, cassis…
  • Vins médicaux ou oenoles : dissolution extractive par le vin d’une ou plusieurs plantes. Ex : cannelle, girofle, fenouil…
  • Teintures officinales (plantes sèches),
  • Alcoolatures (plantes fraîches),
  • Teintures mères (plantes fraîches). Utilisées dans le cas de l’homéopathie et servant de souches de base pour les dilutions. Elles peuvent être unitaires ou complexe. À éviter chez l’enfant (présence d’alcool).
  • Extraits : opération qui consiste à extraire le principe actif une plante au moyen d’alcool par macération durant un temps déterminé, puis à évaporer cet alcool jusqu’à obtention d’un extrait semi-liquide.
  • Extraits fluides, mous.
  • Extraits fluides de plantes fraiches standardisés (EPS).
  • Extraits secs : nébulisât ou lyophilisats.
  • Extraits hydro-glycoliques : pour usage externe.
  • Extraits hydro-alcooliques glycérinés.
  • Phytols : extraits hydro-alcooliques obtenus par extraction à froid des principes actifs.
  • Huiles essentielles micro encapsulées : Microcapsules = Microgranules dont le contenant est une enveloppe formée d’un ou plusieurs polymères (gélatine…).
  • Hydrolats